Fin novembre, Montserrat Figueras s’est envolée, sans doute pour cette immensité hors du temps et de l’espace où sa voix avait le don de m’amener, comme les étonnants instruments émergés d’un lointain passé qui l’accompagnaient, patiemment remis à portée numérique de nos oreilles depuis une trentaine d’années par son mari Jordi Savall et leurs compagnons musiciens de tous horizons.

Son exploration de chants anciens, ode à la lumière de la femme au moyen-âge, m’avait touchée au point que je suis allée l’écouter les interpréter à Villars Sur Glâne. Je viens de réaliser que c’était il y a 2 ans jour pour jour: le 6 décembre 2009.

C’est internet qui m’a fait découvrir ces artistes, et leur passion pour ces musiques médiévales que jamais je n’aurais croisées dans mon quotidien. Il y a de surprenantes émotions à explorer derrière ces voix, ces cordes, ces peaux. Hors du temps et de l’espace.

Publicités