J’ai eu la bonne surprise de découvrir il y a quelque-temps dans un magazine suisse une pub pour le livre « La révolution créatrice » de Bruno Poirier aux éditions Jouvence. Dans mon job précédent, Bruno avait formé plusieurs de mes collègues à ses techniques de créativité, et c’est aussi grâce à un de ses cours de communication que j’ai appris à prendre la parole sereinement en conférence; mais je ne l’avais plus croisé depuis quelques années. Je me souvenais, à travers un des exercices inspirants de son cours qui avait entraîné une très belle interaction, lui avoir fait découvrir « L’homme aux deux cerveaux » de Daniel Pink. C’est donc avec une grande curiosité que je me suis plongée dans son essai…

Dans la première partie de l’ouvrage, Bruno présente sa vision d’une révolution créatrice qui est désormais nécessaire à nos sociétés post-industrielles (en identifiant les besoins), applicable au stade où nous sommes désormais (en identifiant les leviers), et réaliste avec un peu de bonne volonté (en proposant quelques esquisses de possibles prochaines étapes à notre portée). Les thèmes qu’il aborde me sont familiers; il part du constat de tout ce qui ne va pas (il suffit d’ouvrir les médias ces jours-ci pour se noyer dans les crises en tout genre…), mais au lieu de fulminer sur les hypothétiques erreurs de nos dirigeants, de pleurer un passé idéalisé mais de toute façon révolu, de s’effrayer d’un avenir sombre mais après tout pas 100% probable, et de s’enfermer dans l’inertie confortable de la critique non constructive, il propose de s’attaquer aux problèmes de fond comme à tout autre problème dans nos vies personnelles et professionnelles: en leur cherchant des solutions. Ce qui nécessite de débloquer notre créativité, individuellement d’abord, puis collectivement. Plus une belle dose de vision, de communication, et de leadership. Tout cela sur un fond de valeurs très humanistes, morceaux choisis:

« Il s’agit donc d’imaginer une vision du progrès avant tout défini en fonction de l’humain, et ce, sans nier l’importance du développement économique et technologique. Les avancées technologiques, la croissance économique et le travail ne sont pas des fins en soi, mais des moyens pour développer le potentiel expressif et créatif des individus. »

« La mission d’une entreprise pourrait être beaucoup plus large que celle souvent exprimée aujourd’hui. Effectivement, pour bon nombre d’entreprises, la ‘vision’ se limite souvent à des énoncés tels que: ‘devenir n°1 de notre industrie’ ou ‘satisfaire nos clients’. Ces ‘missions’ sont souvent vides de sens et ne génèrent que très peu d’enthousiasme de la part des collaborateurs. Une vraie mission serait par exemple de ‘prévenir les maladies’, ‘favoriser la santé humaine’, ‘permettre aux individus de communiquer entre eux’, etc. Il s’agit pour l’entreprise d’identifier une mission qui ait du sens pour les collaborateurs, les fournisseurs, les clients et l’humanité. »

« Les différents experts peuvent certes continuer à oeuvrer dans leurs domaines respectifs. Mais ils doivent aussi apprendre à collaborer avec des spécialistes d’autres disciplines sans tenter de les subjuguer ou de contrôler les discussions. Il n’y a pas de combats d’ego à avoir, mais plutôt des discussions d »égaux’ à encourager. »

On ressort de cette centaine de pages la tête pleine de bonnes idées positives, mais avec un vague sentiment que tout cela reste bien idéaliste… C’est alors que Bruno nous invite à le suivre très concrètement dans sa construction créative, en nous proposant dans la deuxième partie de l’ouvrage de personnaliser notre propre programme de transformation, au moyen de 21 étapes qui peuvent nous conduire à devenir à notre tour des Activistes Créateurs, dans notre domaine de prédilection, avec les talents que nous avons à disposition…

C’est assez inspirant – pour ma part, les premières étapes m’étaient de nouveau familières, mais j’ai pris conscience que j’ai encore la moitié du chemin à faire et surtout… qu’avancer sur cette direction-là ne dépend finalement que de moi. Plus précisément, de ma capacité à dépasser mes peurs et mes doutes pour me secouer un peu plus… ah là là, confortable inertie, quand tu nous tiens!!!

Les 21 étapes proposées par Bruno:

  1. Affirmez la nécessité d’une profonde transformation. (eh oui, on est là pour progresser pas pour dormir!)
  2. Faites la paix avec le système actuel et ses élites (car non, ce n’est pas sur la colère qu’on va construire du positif…)
  3. Dissociez-vous de la crise du système (d’expérience, c’est difficile, surtout dans notre monde hyper-connecté… mais prendre du recul est essentiel pour voir plus large et plus loin, bref différemment)
  4. Ouvrez-vous à un monde de possibilités infinies (là, il faut oser sortir des pensées battues: c’est dur aussi)
  5. « Illimitez-vous » et retrouvez le goût de l’aventure (oser risquer de nouveaux chemins… de plus en plus dur, mais quand on se lance, finalement, c’est très amusant)
  6. Créez votre vision d’une société nouvelle (euh… des fois je me dis qu’elle est déjà là, quand je pense à celle dans laquelle ont grandi mes grand-parents… mais çà doit être mon côté optimiste!)
  7. Contribuez à la discussion sur un monde nouveau (pour moi, déjà un blog, quelques essais créatifs ici et là, et après, on verra…)
  8. Renouez avec votre puissance créatrice (çà, pour moi, c’est le plus facile)
  9. Retrouvez l’envie et le plaisir de créer librement (facile aussi, mais il reste à conquérir le facteur temps, à tant vouloir se focaliser sur des choses « utiles » ailleurs, créatives ou pas, aliénantes ou pas…)
  10. Identifiez et identifiez vos goûts profonds et vos talents véritables (pas forcément si évident, en fait…)
  11. Identifiez votre idéal de vie (oups!?!)
  12. Imaginez des Voies d’Expression justes et inspirantes (la famille des 10 métiers exemples, à découvrir dans le livre, donne de bonnes pistes)
  13. Transformez votre vie de façon harmonieuse (je retiens: attention à l’harmonie!)
  14. Gardez le cap sur la durée et évitez les pièges à votre expression
  15. Adoptez les attitudes de l’Activiste Créateur: constructif plutôt que militant ou revendicateur; réaliste sur ses capacités et responsabilités (on ne sauve pas le monde tout seul); passionné et enthousiaste; pragmatique (mieux vaut un petit geste que 10 grandes théories); lumineux, et en paix, avec soi comme avec les autres.
  16. Changez votre monde avant de vouloir changer le monde entier
  17. Transformez l’organisation pour laquelle vous oeuvrez
  18. Imaginez des idées de projets à caractère social
  19. Entamez la mise en oeuvre d’un tel projet
  20. Développez votre leadership au sein de votre communauté
  21. Apprenez à guider et animer des sessions de groupe

Chaque étape est développée dans le livre par un petit chapitre explicatif avec quelques bonnes questions à se poser et exercices à explorer, tirés entre autres de la pratique professionnelle de Bruno; bref, largement de quoi expérimenter à son niveau un petit bout de Révolution Créatrice, pour ceux et celles que le manifeste (ou même simplement, comme moi, son titre) a interpellés…

Publicités