You are currently browsing the tag archive for the ‘ode à la joie’ tag.

Quand j’étais enfant, je regardais Récré A2. Il y avait un dessinateur qui nous apprenait à gribouiller. Il s’appelait Cabu. Cette semaine, cette partie de mon enfance a volé en éclats. Et comment l’expliquer à mes propres enfants?

Mais quand j’étais enfant, j’avais aussi la chance d’aller à l’école de la république. Mon instituteur de CM2 se prénommait Charles, et je crois me souvenir que ses proches le surnommaient… Charlie. Comme dans beaucoup d’écoles de France, il nous a appris à chanter l’hymne européen, l’ode à la joie de Beethoven. Cet hymne symbolise pour les européens les idéaux de liberté, de paix et de solidarité, ainsi que l’unité dans la diversité.

Aujourd’hui, je n’étais pas en France, mais je me suis connectée par internet. A 15h, BFM TV streamait les images des 44 chefs d’état qui se sont mis en marche. Il y avait tous les Européens, et la Suisse, et Israël et la Palestine, et la Russie et l’Ukraine! incroyable!

Alors, touchée, émue, j’ai commencé à fredonner cette hymne de mon enfance:
Que la joie qui nous appelle nous accueille en sa clarté,
Que s’éveille sous son aile l’allégresse et la beauté…
Plus de haine sur la terre, que renaisse le bonheur,
Tous les hommes sont des frères quand la joie unit les coeurs…

Et ce soir, en faisant le tour des médias suisses, j’ai découvert qu’un riverain du Bd Beaumarchais avait ouvert ses fenêtres pour transmettre cette même ode à la joie de Beethoven, hifi à fond… Et les marcheurs de ce boulevard, émus, touchés, l’ont applaudi… Et les journalistes, émus, touchés, l’ont rapporté dans les médias…

Alors, ce soir, mon enfance est réconciliée. Et je sais quoi transmettre à mes enfants. Je suis porteuse de ces valeurs, et rien ne les tuera.

#JeSuisLaJoie.

Publicités

Je crois que la première fois qu’on m’a vraiment parlé d’Europe, j’étais en CM2. Mitterrand avait été élu quelques mois plus tôt. Mon instituteur avait l’enthousiasme de sa génération pour les promesses de 1981, et je crois avec le recul que cet enthousiasme était sincère, au-delà de la retraite à 55 ans.

Au lieu de nous apprendre la Marseillaise, comme le prévoient les textes officiels, mais tout le monde s’en moquait alors, il avait décidé de nous apprendre l’Hymne Européen, sur l’Ode à la Joie, de Beethoven.

Lire le reste de cette entrée »